Et si on parlait de nos adolescents ?

Nous l’avons dit et le martèlerons encore : Investir pour la jeunesse est une nécessité pour Châtelaillon. « Vivre à Châtel » ne renoncera pas au « vivre-ensemble entre générations».

Une politique du logement volontariste permettant d’accueillir des familles à l’année doit donc aller de pair avec la mise en place d’infrastructures répondant à leurs besoins.

« La Ruche » assure un accueil périscolaire et un centre de loisirs pour les enfants de 3 à 11 ans (au-delà, rien n’est prévu sur notre commune). 
La compétence de ses animateurs la-rucheétant reconnue par tous, nous proposons de nous appuyer sur eux pour mettre en place une structure à destination des adolescents, les grands oubliés de la politique municipale. Cela doit bien sûr passer par une augmentation des moyens mis à disposition du pôle « Enfance et Jeunesse ».

Est-ce une demande illégitime ?

A l’évidence, non. Lorsque « la Ruche » était gérée par l’association « Familles rurales », la subvention annuelle de fonctionnement votée par la municipalité de Châtelaillon (plus de 6 000 habitants) était de 30 000 euros. Comparativement, la commune d’Angoulins (moins de 4 000 habitants) garantit 152 000 euros de subventions annuelles à son centre de loisirs (hors activités péri-éducatives mises en place dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires), avec une visibilité sur 3 ans (convention triennale) lui permettant de se projeter sur le moyen terme.
Nous le voyons bien, à Châtelaillon, nous sommes loin de consentir autant d’efforts pour nos jeunes alors que le budget de notre commune est sans commune mesure.

Que proposons-nous ?


Très concrètement, la restructuration du secteur du stade offre des opportunités qu’il ne faut pas laisser passer.
 Nous demandons qu’un local géré par « La Ruche » permettant l’implantation d’un « club ado » soit prévu ainsi qu’une aire de jeu du type « City Park».
index De tels équipements sont présents dans des communes bien plus petites que Châtelaillon : Angoulins, La Jarne, …

Il s’agit en outre de choisir un emplacement central, à proximité du collège, pour des équipements qui sont demandés ardemment par les familles de nos jeunes. 
«Vivre à Châtel» est bien sûr aux côtés des familles châtelaillonnaises qui contribuent elles aussi lourdement à l’effort fiscal demandé localement et qui apprécieraient que l’actuelle majorité municipale recherche à présent un meilleur équilibre entre les investissements à vocation touristique et ceux qui sont destinés à ceux qui vivent à l’année dans notre commune.


2 réflexions sur “Et si on parlait de nos adolescents ?

  1. Le petit petit jardin d’enfant refait à coté des tennis, est bien petit, mais c’est mieux que ce qu’il était, en revanche, les chiens et chats vont pouvoir s’en donner à cœur joie, pour y laisser leurs cacas et autres déjections animales.

    Quel dommage de n’avoir pas terminé cet espace avec une jolie clôture, mais est ce que Chatelaillon veut faire le maximum pour ses jeunes.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.