Urbanisme : quels enjeux ?

Depuis vingt ans, de nombreux lotissements et résidences sont sortis de terre. Avec plus de 900 habitants / km2 – les chiffres disponibles de l’INSEE datant de 2011 n’intègrent même pas les nouveaux lotissements qui ont jailli depuis -, Châtelaillon se démarque par une forte densité de population si on la compare à celle des communes environnantes (1). De l’aveu même de Monsieur LEONARD, Châtelaillon est allée au bout de ses grands projets immobiliers. Et pour cause ; y a-t-il encore de l’espace foncier disponible ?

Une réflexion large, associant les Châtelaillonnais sur l’aménagement du territoire de la commune, la répartition des espaces verts et des équipement publics, aurait été une démarche intéressante et nous l’aurions soutenue : Mais le foncier disponible a-t-il été utilisé à autre chose qu’à gonfler toujours plus et sans discernement (2) la population châtelaillonnaise et le nombre de résidences de vacances ? Pour quels intérêts ?

Récemment, 2 000 m2 ont été pris sur la cour de récréation de l’école Jonchery pour être vendus à un promoteur alors que l’utilisation de cette surface, dans le centre- ville, aurait pu être le point de départ d’une réflexion large… Des équipements collectifs publics pouvant profiter aux élèves du groupe scolaire et, au-delà, à tous les Châtelaillonnais, pouvaient y trouver leur place (par exemple des nouveaux locaux pour l’ école de musique et de danse, un pôle enfance – la Ruche étant très à l’étroit … ).

La concertation, n’est pas un gros mot. La concertation honnête qui consiste à faire l’inventaire du champ des possibles, de recueillir l’avis de ses concitoyens pour prendre une décision éclairée (la responsabilité finale incombant aux élus) aurait été une démarche honorable que nous aurions saluée. Au lieu de cela, à Châtelaillon, les décisions sont déjà prises avant même toute forme de concertation.

Les habitants du quartier des tennis se rappelleront comment, il y a quelques années, on les a sollicités pour proposer des aménagements et comment on n’a peu tenu compte de leurs propositions.
Le conseil municipal de Châtelaillon-Plage lui même, nous le disons depuis de nombreuses années, n’est pas un lieu de débat mais, de fait, une simple chambre d’enregistrement des décisions du maire qui refuse, par exemple, de créer une commission des finances se gardant l’exclusivité de la compétence.

Mais l’opposition a su s’opposer à certains projets immobiliers et obliger le maire à reculer (pendant la campagne 2014 nous avons dénoncé, preuves et étude à l’appui le projet de construction d’un grand hôtel en front de mer, qui aurait amputé notre unique parc municipal !).

Pour toutes ces raisons, nous serons particulièrement attentifs aux projets prévus sur le site de l’ancienne gendarmerie et des anciens ateliers municipaux. Le maire ne s’en est pas ouvert particulièrement lors de la campagne des municipales, concédant toutefois avoir son idée. S’agit-il encore d’un projet de promoteur qui a séduit le premier magistrat de notre commune? Logements? Résidences de vacances ? Équipements collectifs ? Espaces verts ? Nous n’en savons encore rien.

La maîtrise du cadre de vie, le souci d’apporter une solution de logement à tous les habitants, la construction d’équipements collectifs variés plutôt que du tout résidentiel voilà ce qui pourrait (entre autres) réellement améliorer la vie de nos concitoyens. VàC continuera à porter cette parole.

Dans notre souhait de redonner leur vocation première aux conseils de quartiers (les associer réellement aux grandes décisions qui structurent notre urbanisme par exemple) nous demandons à Monsieur le maire de bien vouloir engager une vraie concertation avec eux et avec tous les Châtelaillonnais, sur le devenir de l’espace foncier (rare, à présent) qui se libérerait, en centre-ville notamment…

Et si on commençait par la restructuration du site de l’ancienne gendarmerie et des anciens ateliers municipaux ?

Le Bureau de VàC

 

(1)Urbanisme

(2)

 

Avec 1,47 % de logements sociaux en 2013 (*), alors que 35 % des Châtelaillonnais sont locataires de leur logement, que 41 % des foyers fiscaux ne sont pas imposables et que le revenu net moyen par foyer fiscal est inférieur à celui observé dans les communes comparables de la CDA (données INSEE, 2011), Châtelaillon est très en retard dans ce domaine.

Nous reviendrons longuement dans le prochain VàC infos sur les conséquences désastreuses pour Châtelaillon et ses habitants de cette situation qui n’a pas été traitée par une municipalité en place depuis des décennies.

(*)http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/visuel/2014/06/20/logements-sociaux-comment-votre- commune-s-en-sort-elle_4442495_4355770.html


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.